Aller au contenu principal

Présentation

 

Verdun-sur-Garonne fait partie de la Communauté de communes Grand Sud Tarn & Garonne. Le village se situe dans le département du Tarn-et-Garonne, en Occitanie, dans le Sud-Ouest.

La commune d’une superficie de 36,26 km² se trouve à 26 km au sud-ouest de Montauban, à 40 km au nord-ouest de Toulouse et compte 4800 Verdunois.

 

Verdun-sur-Garonne était autrefois un port, le premier entre Toulouse et Agen, ses remparts sont imposants et donnaient à l'époque directement sur le fleuve Garonne. On peut d’ailleurs dire que Verdun est né de la Garonne. 
L'existence de son port, ou plutôt ses ports car il y en a eu au moins deux, est connue depuis le XIIe siècle. Le port d'escale, pour la navigation fluviale, est cité à cette époque comme étant le premier après Toulouse dans le sens de la descente. L'importance de ce port s'est amenuisée avec  la création du canal latéral, du pont et de la voie ferrée au milieu du XIXe siècle.

Sur un méandre de la Garonne, l'île de Labreille est d’un grand intérêt écologique. Cet espace naturel sensible s’étend sur 32 hectares. 
C’est une zone humide plantée d'arbres est classée Zone Naturelle d'Intérêt Écologique Faunistique et Floristique et elle est intégrée au réseau NATURA 2000

Ce réservoir de biodiversité est un paradis pour la faune et la flore. Le site est conservé à son état sauvage, avec juste le discret coup de main pour le rendre accessible au public. Ici, place aux amoureux de la nature. Les véhicules motorisés en tous genres, 4X4, motos, etc, sont strictement interdits. Les sentiers de randonnées serpentent parmi les herbes hautes d’où émergent des bouquets de grande jussie (plante aquatique), armoise, ortie ; ils s’enfoncent entre peupliers, saules, frêne et noyers, sureau et fusain ; parfois, ils croisent hérons cendrés, canards colvert, pinsons, grives, libellules, chevreuils et ragondins. Ce lieu unique à la croisée des eaux fait également le bonheur des pêcheurs.

Le Parc de Garonne, créé en 2016 sur les berges de la Garonne, est entretenu en gestion différenciée. C’est un lieu de vie sociale et d’échanges intergénérationnels, avec son city-stade, ses jeux divers, son aire de picnic, et un bâtiment baptisé La Garonnette. Il sert de base à de nombreux événements aussi parce qu’il partage son espace avec le Parc de Garonne. S’y déroulent fête de la musique, danse en extérieur, et animations de nombreuses associations…

 

Patrimoine

Le patrimoine architectural et mobilier de Verdun-sur-Garonne, c’est tout d’abord son église Saint-Michel, dont le début des travaux se sont déroulés en 1216. L'église Saint-Michel a été classée monument historique au 28 décembre 1910. 

Elle renferme un orgue de 1767 construit par le facteur d'orgue toulousain Jean-François L'Épine dans un buffet du 17e siècle agrandi. Le buffet et la partie instrumentale sont classés Monuments Historiques. Repris par Frédéric Junck pour le récit expressif, ainsi que le jeu du grand orgue en 1849. Restauré par Alain Leclère 1985, réparé par Patrice Bellet en 2000. Les anciens fonts baptismaux en plomb du XIIIe sont classés au titre mobilier par les Monuments historiques.

Il y a également le château, aujourd'hui privé, qui est surnommé « le château de la reine Margot » et ceci en référence à la légende qui dit que la reine Margot était envoyée dans ce château lorsqu'elle était punie par le roi. En réalité, le bâtiment actuel est beaucoup plus récent, il remonte au 19e siècle. Il est cependant édifié sur l’emplacement d’un ancien château seigneurial où s’est déroulé en 1320 un épisode sanglant : le massacre des juifs (500 personnes) lors de l’insurrection dite « croisade des Pastoureaux ». 

Désormais Verdun-sur-Garonne figure dans les encyclopédies du judaïsme parmi les lieux de mémoire où le peuple juif a souffert cruellement. 

Le château de Verdun-sur-Garonne possède une étonnante tour en deux parties : carrée sur sa partie la plus basse, et ronde sur la partie supérieure.  

Intéressante aussi, la belle halle du 17e de la vieille ville fortifiée,  et on pourra apprécier de nombreux pigeonniers, à Verdun-sur-Garonne et alentour. Au coeur de la vieille ville, c'est le lieu d'échanges et de regroupements. Elle arbore côté nord (face à la mairie) une façade à fronton triangulaire de style néo-classique.

La mairie, un bâtiment de 1875 qui possède sur les trois façades six écussons de pierre où sont gravées les initiales de plusieurs artisans ayant participé à sa construction.

Les remparts qui comprennent la halle et la mairie, sont inscrits en 1946 comme site historique. 

La fontaine du Touron est un vestige du port de Verdun, très actif dès le XIIème siècle, époque où la Garonne serpentait au pied des remparts. 

 

Quelques dates 

Les recherches archéologiques réalisées sur Verdun-sur-Garonne et dans ses environs immédiats attestent d’une très ancienne présence humaine agglomérée.

La région de Verdun-sur-Garonne était déjà peuplée au paléolithique : des sites furent découverts à l'ouest de la commune, sur des terrasses supérieures, au bord des ruisseaux de Nadesse, Dère, Pontarras et Segonde. 

Au nord et au sud, des sites surplombant la Garonne de 20 mètres, occupés du néolithique à l'époque gallo-romaine, permettaient de par leur situation, un contrôle du trafic fluvial. Plusieurs racloirs datant de l'âge du bronze furent découverts sur le territoire de la commune.

Deux fouilles furent entreprises en 1996 sur la place de l'église par Monsieur Pons du service régional de l'archéologie. Les tessons de poterie en colombins furent datées de l'âge du bronze, de l'âge du fer, de l'époque médiévale et d'époques plus proches de nous.

 

Le toponyme d’origine gauloise apporte la confirmation de l’existence ancienne de Verdun-sur-Garonne,  sa nature de ville est prouvée par les textes anciens dès le Xe siècle.

Au milieu XIIIe siècle, Verdun-sur-Garonne est le siège d’une importante baylie regroupant 44 communautés, puis sera élevée en 1278 au rang de jugerie. 

En 1469 elle est jumelée à la jugerie de Rivière, pour former le Pays de Rivière-Verdun, pays d’État disposant d’une assemblée régionale pour sa gestion.

Verdun-sur-Garonne a vécu les guerres du Moyen-âge puis les guerres de religion où elle prit le parti de la Ligue, mais ne subit jamais de siège vraiment dévastateur.

Le 16 avril 1789 se tint à Verdun-sur-Garonne l’assemblée générale des trois ordres de l’ensemble du Pays de Rivière-Verdun, chargée de rédiger les cahiers de doléances devant être présentés à Versailles.

Après la révolution, Verdun-sur-Garonne perd quelque peu de son importance administrative pour devenir le chef-lieu de canton qu’il est à ce jour.

En 1901, la création de la commune de Savenès ôte 681 habitants à  Verdun-sur-Garonne.

 

Personnalités liées à la commune

Guillaume Brun (1430-1509), médecin de Louis XI.

François-Joseph Double (1776-1842), médecin, fondateur avec Antoine Portal de l'Académie nationale de médecine.

Henri Jauvert (1851-1926), félibre et poète.

Joseph Capgras, né en 1873, psychiatre.

Félix Piquemal né le 9 janvier 1897, aviateur de la Grande Guerre et Directeur d’école.

Jean Raymond Bayssade né en 1913, aviateur de la Grande Guerre.

Françoise Imbert, née en 1947, est une femme politique française (PS).

Marjorie Puech, née en 1965, vice-championne du monde de tir à l'arc 3D.

Clément Michelin né en 1997, footballeur.